Tarifs & Calendrier

La semaine (totalité du gîte 15 places + « tipi » (du 15 mai au 15 septembre 2 lits, dans le « tipi » prévoir son duvets)
Hors vacances scolaires :   550 €
Pendant les vacances scolaires : 840 €

Juillet août :  1050 €
Forfait ménage fin de séjour (optionnel) : 80 €

Le week-end
1 ou 2 nuits : entre 350 (hors saison) et 400 € (avril à octobre), Noël, nouvel an, juillet, août 500 €
Nuit supplémentaire : 100 €
Forfait ménage fin de séjour : 80 € (option)

La nuitée en semaine toute l’année ou weekend 15 jours maxi avant la date, chauffage inclus

30 € / personnes ou 50 € la chambre 3 à 5 places (partage cuisine et salon si autres personnes dans le gîte).    « Tipi » 30 € (de début mai au 15 septembre) pour 2 personnes (dans le tipi, prévoir son duvet).

Taxe de séjour

La taxe est de 0.5 € par personne de plus de 18 ans par nuit, du 1 janvier au 31 décembre.

Divers
Dans les chambres, lits avec couettes oreillers et drap (lit fait sur demande 3 €/lit), dans la cuisine torchons serviettes.

Chauffage 15€ / jours avec bois pour cheminée à volonté.

CALENDRIER

Après vérification des disponibilités vous pouvez nous faire parvenir une demande par mail à meldebruno@yahoo.fr, par retour vous recevrez un contrat/devis.

Pas d’animaux SVP :  les bois autour en abritent déjà !

En voici la raison (texte pris dans la réglementation des parcs nationaux) :

« Or un chien, quelle que soit sa race et sa taille, conserve toujours des réflexes de prédateur, au moins par jeu. Il est susceptible de courir après des animaux sauvages et de les poursuivre en aboyant, même sans intention de mordre. Son maître n’est d’ailleurs pas toujours en capacité de le rappeler à l’ordre, voire même n’en a pas forcément la volonté. Lorsqu’ils pourchassent ainsi des animaux sauvages, les chiens les forcent à interrompre leur activité (alimentation, ruminage, repos…) et peuvent provoquer chez ces derniers un stress intense. Dans certains cas, cela peut conduire à des dérochements d’ongulés sauvages catastrophiques. Dans d’autres, les femelles gestantes peuvent aussi avorter suite au stress de la poursuite ou, dans le cas des oiseaux, abandonner leur couvée au sol, exposant les œufs aux prédateurs. Les marmottes, les lièvres ou les lapins se font aussi pourchasser jusque dans leur terriers où parfois, un coup de croc ou de patte joueur les blessent mortellement. »